Plaisir d’un jour 83

– Corse et haïku –

Je suis tombé par hasard sur la poésie de Ghjacumu Biancarelli, un communiste de l’ancien temps, instituteur, homme de lettres et de combats, militant de l’humanisme. Traduit par Francescu Micheli Durazzo (comme on se retrouve), j’ai découvert ici l’esprit du haïku, adapté aux joies et aux peines d’un Corse du XXe siècle, qui avait vu tomber tant d’idéaux.

Revêtu de gelée

Revêtu de gelée
Couvert de vent
Un enfant abandonné.

En plein jour

En plein jour
Elle a la tête rouge
La luciole.

Secrètement la nuit

Secrètement la nuit
Les vers dans les châtaignes
Sous la lune.

Le vent d’hiver

Le vent d’hiver
S’est caché
Dans les roseaux.

Un crabe minuscule

Un crabe minuscule
Qui grimpe sur mes jambes
L’eau de la source.

Être vert

Être vert
Suffit
Au poivron.

Presque l’hiver

Presque l’hiver
Au milieu de l’averse
La forme de la lune.

Lorsque la vie vous bouscule, reste la petite chaleur de la poésie.
Nous ne sommes qu’étincelles du réel.

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *