Plaisir d’un jour 66

– Londres –

A défaut d’avoir quelque chose en nous de Tenessee, nous conservons, sans le savoir, une approche mentale de Londres, une vision fuligineuse où des ombres fort courtoises se saluent froidement, tandis qu’un assassin à la lame rougie rode dans les bas-fonds. Émile Verhaeren a su saisir cette perception et la transformer en sensations. Lui qui venait d’un gros bourg des Flandres, jeune enfant bourgeois pourvu d’une éducation classique, il avançait vers les métropoles d’alors, fasciné comme un papillon de nuit par la lumière des flambeaux. Il voyait dans ces villes tentaculaires la fin de l’humaine condition, le monumental et le corrompu y remplaçant pour toujours la liberté et la joie.

Émile Verhaeren, qui fut par excellence l’écrivain cosmopolite du début du XXe siècle, influença beaucoup d’artistes, dont les Futuristes qui le révéraient. Ce qui n’était pas si courant.

Et ce
Londres de fonte et de bronze, mon âme,
Où des plaques de fer claquent sous des hangars.
Où des voiles s’en vont, sans
Notre-Dame
Pour étoile, s’en vont, là-bas, vers les hasards.

Gares de suie et de fumée, où du gaz pleure
Ses spleens d’argent lointain vers des chemins d’éclair,
Où des bêtes d’ennui bâillent à l’heure
Dolente immensément, qui tinte à
Westminster.

Et ces quais infinis de lanternes fatales,
Parques dont les fuseaux plongent aux profondeurs,
Et ces marins noyés, sous des pétales
De fleurs de boue où la flamme met des lueurs.

Et ces châles et ces gestes de femmes soûles,
Et ces alcools en lettres d’or jusques au toit.
Et tout à coup la mort parmi ces foules,
O mon âme du soir, ce
Londres noir qui traîne en toi !

Verhaeren professait des idées anarchistes, au sens le plus pacifiste du terme. Il méprisait les institutions à tel point que sa famille refusât qu’il fût enterré au Panthéon. Un mensch jusqu’au bout.

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *