Plaisir d’un jour 40

– Un légionnaire manchot –

Notre époque qui se veut si rapide et qui n’est qu’évanescence en boucle languissante, temps de cerveau programmé, ne peut plus imaginer ce que fut la vitesse des années vingts. Marinetti dès les années dix avait chanté l’avènement de la machine, et le monde se clôturait enfin dans une proximité abordable.
Blaise Cendrars, légionnaire de légende, manchot de métier, parleur, gouailleur, conteur et vantard, Blaise Cendrars prenait les trains et les avions, illuminant les pages de sa vie de bourlingueur, emportant de partout ses quatre malles de livres et ses milliards d’anecdotes authentiquement rêvées.

La Pallice

La
Pallice et l’Île de
Ré sont posées sur l’eau et peintes
Minutieusement
Comme ces stores des petits bistros bretons des environs de la gare
Montparnasse

Ou ces aquarelles infâmes que vend boulevard de la
Madeleine un rapin hirsute habillé de velours

qui a les deux mains nouées depuis sa naissance
qui peint avec les coudes et
qui vous fait le boniment à travers son bec-de-lièvre

Les vérités de
La
Pallice

Dîner en ville

Mr.
Lopart n’était plus à
Rio il était parti samedi par le
« Lutetia »


J’ai dîné en ville avec le nouveau directeur
Après avoir signé le contrat de 24
F/N type
Grand
Sport

je l’ai mené dans un petit caboulot sur le port
Nous avons mangé des crevettes grillées
Des langues de dorade à la mayonnaise
Du tatou
(La viande de tatou a le goût de la viande de renne chère
à Satie)
Des fruits du pays mamans bananes oranges de
Bahia
Chacun a bu son fiasco de chianti

Îles

Îles
Des
Îles où l’on ne prendra jamais terre
Des où l’on ne descendra jamais
Îles couvertes de végétations
Îles tapies comme des jaguars
Îles muettes
Îles immobiles
Îles inoubliables et sans nom

Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais bien aller jusqu’à vous

Ce que la poésie perd parfois en technique, elle le gagne en énergie, et les vitesses de Cendrars restent toujours époustouflantes. Il me semble qu’il n’y a que Cocteau pour vraiment l’égaler, mais dans un registre tout de même plus bourge (à l’exception fulgurante d’Opium écrit depuis le cœur de la souffrance).

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *