Plaisir d’un jour 39

– Lorsque je serai mort… –

Jammes, comme son nom ne l’indique pas, n’est pas du tout sujet britannique, mais pâtre orthézien avant tout, et poète des poètes sans trop se déplacer. Il aimait ses Pyrénées et le rythme lent et musical de la contemplation, toujours sensible à la désespérance de l’homme. Brassens ne s’y trompa pas, qui mit en musique son Rosaire, et l’intitula la Prière.

Lorsque je serai mort, toi qui as des yeux bleus
couleur de ces petits coléoptères bleu de feu
des eaux, petite jeune fille que j’ai bien aimée
et qui as l’air d’un iris dans
Les fleurs animées,
tu viendras me prendre doucement par la main.


Tu me mèneras sur ce petit chemin.
Tu ne seras pas nue, mais, ô ma rose,
ton col chaste fleurira dans ton corsage mauve.
Nous ne nous baiserons même pas au front.


Mais, la main dans la main, le long des fraîches ronces
où la grise araignée file des arcs-en-ciel,
nous ferons un silence aussi doux que du miel ;
et, par moment, quand tu me sentiras plus triste,
tu presseras plus fort sur ma main ta main fine


et, tous les deux, émus comme des lilas sous l’orage,
nous ne comprendrons pas… nous ne comprendrons pas…

Il y avait des carafes…

Il y avait des carafes d’eau claire dans le petit jardin noir du ministre protestant,
à sa maison qui a un air sévère;
et il y avait aussi de gros verres sur la nappe.
Il y avait des feuilles aux contrevents.

Le mois de
Juin.
Sur la petite allée, un morceau de canne à ligne, cassée et en roseau,
avait été jeté, et la journée
était grise et, comme l’on dit, chargée, et comme quand il doit tomber de grosses gouttes d’eau.

Par la fenêtre noire, triste, ouverte, on entendait un piano dans les lauriers luisants.
Les petites fenêtres étaient vertes.

Là on devait être bien heureux, certes, comme dans les livres de
Rousseau il y a longtemps.

Dans son Journal, Kafka aurait écrit quelque part qu’il avait été heureux de lire Jammes, le compliment paraît trop immense pour être vrai.

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *