Plaisir d’un jour 30

Revenons aujourd’hui à Clément Marot, l’un des maîtres du françois, et poète officiel du roi éponyme, dit le 1er. Ce libertin, né à Cahors, connut plusieurs fois la prison. Voltaire lui reprochait d’avoir appris en Italie l’accord du participe passé, et d‘en avoir contaminé le fier langage de France.
Je commencerai tout d’abord par un texte énigmatique, comme il convient à cette époque troublée.

– Duquel les lettres capitales portent le nom de l’auteur

« Comme
Dido, qui moult se courrouça,
Lorsqu’Enéas seule la délaissa
En son pays : tout ainsi
Maguelonne
Mena son deuil.
Comme très sainte et bonne
En l’hôpital toute sa fleur passa.


Nulle
Fortune oncques ne la blessa.
Toute constance en son cœur amassa,
Mieux espérant ; et ne fut point félonne,
Comme
Dido.


Aussi celui qui toute puissance a
Renvoya cil qui au bois la laissa
Où elle était; mais, quoiqu’on en blasonne,
Tant eut de deuil que le monde s’étonne
Que d’un couteau son cœur ne transperça,
Comme
Dido. 
»

Et puis cet autre, délicatement ironique, destiné à quelque cuistre, à quelque empêcheur de poétiser en rond, à ceux dont la génération constante et prolifique envahit toujours le monde des lettres et de la liberté.

à celui dont les lettres capitales du rondeau portent le nom –

« Vu ton esprit, qui les autres surpasse,
Je m’ébahis comment je prends audace
Composer vers.
Est-ce pour te valoir,
Touchant cet art ?
C’est plutôt bon vouloir,
Ou franc désir, qui mon cœur induit à ce.


Rien n’est mon fait : le tien est don de grâce.
Bref, ta façon en peu de rime embrasse
Raison fort grande, et sans grand peine avoir,
Vu ton esprit.


Or désormais, je veuil suivre la trace
De ton haut sens, duquel la veine passe
Entre les rocs du profond concevoir.


A tant me tais, mais si en tel savoir
Veux t’adonner, tu seras l’outrepasse,
Vu ton esprit. »

Les amateurs se chargeront de l’enquête, les autres goûteront la rondeur et le sel d’une langue parfaite. Est-il besoin de plus en printemps qui se manifeste ?

Si vous êtes sages, je parlerai la prochaine fois du Blason du beau tétin.

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *