Plaisir d’un jour 26

– De la neige à Tokyo : histoire –

De tous les artistes que l’Amérique a régulièrement brisés dans sa course implacable, Brautigan, Richard de son prénom, est certainement l’un des plus attachants. Je dis cela de manière un peu tendancieuse, car l’amour effréné de Brautigan pour le Japon est certainement pour quelque chose dans mon avis.
Bon, d’un autre côté, pour un homme qui avait connu la mouise, la route, l’asile psychiatrique, l’alcoolisme, qui finira par le suicide, le Japon de la fin des années 70 ne pouvait être autre que paradisiaque. Et somptueusement artificiel. Maintenant, mes compatriotes ont Abe, et ils se débrouillent avec.
Descriptif et toujours destructeur d’une certaine idée de la cohérence et de la conformité, Brautigan écrit un monde qui dérape, une folie douce qui submerge le réel. Son style halluciné et tranquille, dont seuls s’approchent certains très grands textes de Kurt Vonnegut Jr, fonctionne presque comme un haïku en prose.

« Il y a à Tokyo un vice dont j’essaie de me débarrasser. Dans mon âme, il s’est installé telle une petite algue et il faut absolument que je l’en extirpe. C’est l’année dernière que je m’y suis mis. Je m’étais rendu au Japon. Qu’est-ce que ça va être dur de s’en débarrasser.

Eh bien oui : je m’endors en regardant la télé.

Je sais bien qu’au royaume du vice la chose est plutôt du genre à une dimension et ne saurait se comparer à certains monstres à quatre dimensions qui eux, tels le vampire édenté, toujours hurlent dedans les miroirs infinis et pleins d’ail de l’éternité.

Adoncques, je baisse le son de l’appareil jusqu’à ce que les voix japonaises ne soient plus que le murmure de la mer qui s’en va. Il faut dire que moi, j’adore entendre parler japonais. A mon oreille, tout cela fait musique et bientôt je m’endors dans mon lit cependant que de l’autre côté de la pièce des centaines de Japonais toujours sont à parler…. »

C’est vrai que les Japonais passent leur vie à parler.

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *