Plaisir du jour


En Arles

Dans Arles où sont les Alyscans,
Quand l’ombre est rouge sous les roses,
Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses.
Lorsque tu sens battre sans cause
Ton cœur trop lourd,

Et que se taisent les colombes:
Parle tout bas, si c’est d’amour,
Au bord des tombes.


Paul-Jean Toulet – Contrerimes, 1921

S’il faut commencer un jour cette rubrique d’un jour, c’est avec Toulet, ses vers paresseux, flottant plus Verlainiens que nature, et cette sorte d’élégance froide, qui n’appartient qu’à ceux qui reviennent de loin. Toulet avait les plus grands amis du monde, Debussy, Curnonski, Carco, mais je retiens surtout de lui qu’il fut, après ou avec Colette, les temps étaient négligents, le nègre de Willy.

Okuba

Ce contenu a été publié dans Rencontres sur la route, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *