L’image de la femme dans la poésie de Gérard de Nerval

Avec ce poète, nous sommes d’emblée dans l’ardeur, dans ce qui se consume en prenant forme. Avec lui, nous allons d’un pas conçu sans hésitation vers “les Filles de Feu”.
Elles traversent sa poésie et l’Gerard de Nervalaniment, elles sont cendres génératrices.
La femme marque chez Gérard de Nerval un manque, une absence cruelle et criante, hurlante . Une trace qu’il faut de nouveau chercher à atteindre. “Mon front est rouge encore du baiser de la reine’.
Elle engendre quêtes et épreuves. Parfois s’accomplit l’émerveillement d’une ronde, sous la blondeur de la lune.
Pourtant, tout se dérobe toujours, comme dans le supplice de Tantale, l’être féminin s’évanouit quant on l’approche, à moins qu’il ne se déforme, dans une hallucination mortifère.
Car la femme va l’amble avec cette recherche de l’identité qui toujours se dissout que ce soit dans les paysages du Valois et dans les rues parisiennes.

Pour évoquer cette recherche de la femme et cette errance qu’elle engendre, PODIO vous invite à une conférence-lecture, à la BMVR “Louis Nucéra”, à Nice. Le samedi 21 septembre 2019, à 15 heures.

Ce contenu a été publié dans Conférences, Lectures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *